SECTION EN CONSTRUCTION

Afin de pouvoir étayer cette section, n’hésitez pas à poser vos questions dans la section “Commentaires” ci-dessous afin qu’elles trouvent réponse. Un lexique de terme économique propre à la dialectique des Monnaies Locales Complémentaires est aussi en cours.

Foire aux questions pour une monnaie locale complémentaire dans la ville de Québec.

lexique économique

Une monnaie locale fonctionne comme un « label éthique », un signe de reconnaissance : en allant chez tel prestataire, les utilisateurs sauront qu’il s’est engagé dans une démarche commune de relocalisation, de responsabilité écologique et de souci éthique.

→ En acceptant une monnaie locale, un prestataire participe à un projet collectif dans lequel ses propres intérêts sont défendus : les circuits courts, les commerces et services de proximité, le soutien à des projets d’activités locales renforçant le lien social.

→ L’intérêt économique n’est pas le plus important. D’abord à cause des volumes  de MLC relativement faibles en proportion du chiffre d’affaires ; mais aussi parce qu’il faudrait un circuit complet de prestataires pour éviter le coût de la reconversion (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui).


Lorsque ce que l’on entend par circuit court pour une monnaie, c’est que la circulation de la valeur monétaire fait un cercle dans une région restreinte.


Une monnaie fondante est une monnaie perdant de la valeur avec le temps. Contrairement aux monnaies nationales sur lesquelles on peut spéculer et en tirer un intérêt, une monnaie fondante doit circuler pour garder sa valeur.


MLC concretement

Il convient de veiller à se protéger de la fraude. Au minimum, il faut mettre un signe visible sur le billet avec une encre adaptée qui ne peut pas être photocopié.  Au delà de cette précaution de base, qui peut être suffisante, car le risque principal au départ réside dans le phocopiage, toutes sortes d’autres moyens sont à votre disposition selon le niveau de protection souhaité.

Nous vous conseillons le point 5.6 du “Guide pour la mise en oeuvre d’une monnaie locale complémentaire


Mode de gouvernance adopter par le projet de MLC-Québec, c’est un fonctionnement démocratique par consentement.  Voir plus de détails sur la fiche Wikipédia


  • En acceptant la monnaie locale, le commerçant participe à un projet collectif dans lequel ses propres intérêts sont défendus: les circuits courts, les commerces et services de proximité, le soutien à des projets d’activités locales renforçant le lien social.
  • La monnaie locale fonctionne comme un «label éthique», un signe de reconnaissance: en allant chez ce commerçant, les clients sauront qu’il est engagé dans une démarche de relocalisation, de responsabilité écologique et sociale, d’a ttention à la dimension éthique de l’économie…
  • La monnaie locale fonctionne comme une « carte de fidélité », qui incite les consommateurs à revenir dans le réseau des commerçants qui acceptent cette monnaie et partage les mêmes valeurs écologiques et sociales.

Bien entendu, les volumes d’échange resteront limités par rapport aux chiffres d’affaire globale, surtout dans les premières années. Le commerçant doit donc être motivé par le projet social et citoyen plus que par des raisons purement économiques.


Technique

Lorsqu’on paie en monnaie locale complémentaire, il n’est pas vrai que c’est un moyen pour ne pas payer les taxes et impôts: ces paiements sont obligatoires et ils doivent aussi être réglés lors d’un paiement en monnaie locale. Cependant, le commerçant devrait les payer en dollars, mais il peut les recevoir en monnaie locale.


La banque du canada stipule que le dollars canadien est la devise officielle du Canada, mais qu’il est possible d’échanger des biens et services sur son territoire dans n’importe quelle devise.


Le bitcoin est une monnaie électronique, que nous ne considérons pas comme proche des valeurs d’une monnaie locale. C’est une monnaie spéculative qui est maintenant utilisé pour l’achat sur le marché noir et le blanchiment d’argent. SA création repose sur des algorithmes loin de prôner le local, social, l’environnemental ou plus de démocratie.


Non. Les monnaies complémentaires ne remplacent pas la monnaie officielle. Mais les dollars utilisés pour acheter les monnaies locales complémentaires sont conservés sur le fonds de réserve, à la banque et sont utilisés pour le financement des projets sur le territoire.


Il y en a plusieurs :
-C’est une monnaie locale, qui circule uniquement sur un territoire bien défini et qui est gérée directement par celles et ceux qui l’utilisent.
-C’est une monnaie éthique parce que commerçants et habitants partagent une démarche écologique, solidaire, et citoyenne.
-C’est une monnaie sociale: personne n’a d’intérêt à la garder pour spéculer mais au contraire chacun est incité à l’utiliser pour créer de la richesse sur le territoire.


Vous achetez de la monnaie locale (1 dollar = 1 unité de monnaie locale par exemple) que vous dépensez chez les commerçants adhérents. Au lieu de payer en dollars, vous réglez en monnaie locale. Pour l’utilisateur, comme pour le commerçant, il n’y a aucune différence. Si ce n’est de partager et valoriser une valeur éthique et morale.


 

 

 

Posez-nous une question afin que nous puissions y répondre et alimenter cette page de vos interrogations.