Monnaie Locale Complémentaire à Québec

mouvement citoyen pour l'instauration d'une monnaie locale dans la ville de Québec

Tag: démocratie

Monnaie locale et démocratie, notre leitmotiv: inclusion

Parler monnaie locale, implique une idée plus large que simplement la question économique. Il serait faux de se dire qu’une fois que le BLÉ sera en circulation à Québec, nous pourrons nous dire que l’objectif est atteint. L’argent local à Québec, comme dans la plupart des projets de monnaies locales dans le monde, est un projet se servant de l’argent comme d’un outil pour aller plus loin dans le fonctionnement collectif.

Une initiative comme celle-ci est également une expérience de réappropriation du fonctionnement de groupe, de la prise de décision collective. Il est rare maintenant que les décisions publiques émanent d’un accord citoyen, le tout est décidé dans des bureaux ou par des personnes isolés, la concertation s’est perdue. C’est pour cette raison que Monnaie locale complémentaire Québec, organisme ayant pour but de mettre en place une monnaie locale à Québec, est dans une démarche d’inclusion de toute personne qui voudrait participer à ce projet.

Un mode de fonctionnement basé sur la confiance, le volontariat et le partage.

Nos règlements généraux et notre fonctionnement interne font que chacun peut s’investir là où il le souhaite, selon son champ d’intérêt. La compétence ne doit pas primer, elle est importante pour l’accomplissement d’un objectif, mais il faut aussi valoriser l’expérience d’apprentissage et de prise de décision afin que cela puisse nous servir dans nos autres actions quotidiennes.

On peut cependant se rendre compte que plus de démocratie peut aussi impliquer plus de lenteur dans la prise de décision, tout du moins dans la mise en place de celles-ci. Dans les différentes séances d’information que nous avons faites, nous sommes souvent confrontés face à un désir, tout à fait normal, d’avancer rapidement pour que le monde change demain. Ça serait possible, on peut construire un projet comme la monnaie locale à 4 dans un coin et le proposer tout fait au reste de la population, mais serions-nous légitimes à ce moment-là? Ce serait facile de faire des réunions longues et fastidieuses dans un coin en utilisant dans des mots compliqués, mais y gagnerions-nous quelque chose?

Depuis le début du projet, nous visons à mettre en place une monnaie locale, mais aussi à intégrer le plus de citoyens dans la démarche. Maintenant que nous sommes un organisme, nous invitons également les commerçants à venir participer avec nous.

C’est notre objectif et c’est pourtant ce qui déroute le plus.

Prendre des décisions de manière collective n’est pas toujours dans nos habitudes. La plupart des réunions que nous avons au travail, en famille ou entre amis, ce n’est jamais d’avoir l’avis forcément de tous, il y a ceux qui parlent, qui dirigent, mais ceux qui se taisent ne sont pas souvent invités à s’exprimer.

Au cours des différentes soirées, nous nous sommes aussi rendu compte qu’il va falloir que nous adoptions notre langage pour les différents milieux où nous irons. Nous n’avons pas tous le même bagage culturel que ce soit pour le fonctionner ensemble, mais aussi pour la compréhension de la chose économique.

Le mode de fonctionnement collectif demandant à chacun de s’exprimer, où chacun peut proposer et où tout doit être discuté. Qu’il n’y ai pas un groupe qui a une mainmise sur tout, mais que chaque groupe d’activité soit maitre de ses décisions qui influent son secteur.

Faire confiance à l’intelligence collective

Lors dans la soirée sur le nom de la monnaie, il a été intéressant de voir que sur la quarantaine de personnes présentes et les 4 tables de discussions créées les points majeurs ressortaient sur chaque table, mais qu’aussi chacune avait nommé des spécificités que nous n’avions pas encore pensé. Juste un point intéressant était qu’il avait été nommé que les billets devaient être reconnaissable par les aveugles, ce devait être facile pour eux de faire la différence entre les diverses coupures.

Le projet de monnaie locale complémentaire à Québec est une initiative veut croire en la capacité à un groupe de penser au bien commun, de s’inscrire dans une volonté de progressions sociétale.

Laurent Metais

Une assemblée constituante et un nom pour la monnaie de Québec: Le BLÉ

monnaie locale quebec

C’est au cours de l’assemblée constituante de Monnaie locale complémentaire Québec que le vote du nom de la monnaie que nous utiliserons est tombé; nous utiliserons bientôt le BLÉ, le Billet Local d’Échange!

Un acronyme qui en dit beaucoup! Le blé c’est le signe des savoirs-faires premiers, base de l’alimentation ou tout simplement par son acronyme d’un apport au local. Un billet d’échange local c’est un billet que nous utiliserons pour favoriser nos idéaux par notre de consommation qui sera synonyme par son nom.

Une assemblée constituante c’est le moment où un organisme entérine les règlements généraux qui seront son « code de conduite ». Nous l’avons fait, nous avons entériné notre code de conduite, avec autant de spécificités que possible afin de correspondre à l’idéal démocratique, participatif et non hiérarchique que possible.

Nous avons un conseil d’administration, bien sûr, comme le veut la loi, c’est ce conseil qui est responsable légalement de la marche de l’organisme. Des places pour les citoyens, comme pour les prestataires sont réservées, notre organisme à une volonté de rejoindre tous les acteurs de l’économie qui correspondent à nos valeurs dans la ville de Québec et sa région.

En plus de celui-ci, nous avons également un comité éthique élu par l’assemblée générale par tirage au sort des membres présents. Sa charge sera d’être le garant des valeurs de l’organisme et du respect de la charte d’utilisation de la monnaie. C’est une spécificité inspirée par le Mouvement du revenue de base en France, qui fonctionne également par sociocratie, une recherche d’avoir plusieurs piliers émanent de l’assemblée pour être garant du fonctionnement de l’organisme.

Sans oublier bien sûr les différents comités que nous mettrons en place et qui fonctionneront selon le modèle inspiré de la sociocratie ou holacratie afin d’être un organisme inclusif et non hiérarchique. Le conseil d’administration et le comité d’éthique sont des places importantes, mais nous devons réussir à inclure les membres qui voudront participer et façonner notre structure de manière à que notre mode de fonctionnement puisse permette de prendre les décisions de manière horizontale et non hiérarchique.

Un nouvel organisme est né et est maintenant officiellement créé,  longue vie à lui!

may-13

Laurent Metais

Une monnaie locale, un projet démocratique en soi

Lors de nos réunions d’information nous essayons de mettre l’emphase sur le fait que la monnaie, le moyen utiliser pour s’échanger des biens et services, n’est qu’un outil. Nous n’aurons pas dans quelques semaines une monnaie locale à Québec, c’est un projet qui s’inscrit dans le temps, car son processus de création est tout aussi important que la mise en place de cet outil.

Pourquoi ne pas créer la monnaie tout de suite?

En s’inscrivant dans un processus de création, on fait naitre ardemment le désir de le voir se concrétiser, il est toujours difficile de ne pas brûler les étapes.  Si nous créions la monnaie tout de suite, nous perdrions l’essence même qu’une initiative telle que celle-là peut permettre; un réapprentissage de la pratique démocratique.  Apprendre à prendre le temps de s’écouter et de construire ensemble, une manière de faire que les pouvoirs en place évincent dans leurs pratiques. Reprendre en main l’outil d’échange et le construire à son image, ensemble.

Il ne serait pas juste ni acceptable de faire rapidement une monnaie locale si peu de gens y participent, c’est en faisant participer le plus grand nombre et en informant tout en invitant à participer qu’un projet comme celui-ci peut être légitime.

Informer pour faire participer

Un sujet de monnaie locale peut être mal perçu ou mécompris, c’est à nous de travailler afin de faire connaître la nature du projet et ce qu’il peut en résulter. Désirer un processus démocratique dans la création, c’est aussi apprendre à communiquer et partager l’information afin que chacun puisse se prononcer.

C’est aussi choisir son langage et son vocabulaire afin de se faire comprendre par tous. Selon son milieu ou ses intérêts, les réalités du vocabulaire ne sont pas toujours les mêmes, il faut savoir rendre intelligibles des notions spécifiques.

Apprendre à échanger de nouveau

L’intérêt d’un projet de monnaie locale est bien sûr économique, mais aussi écologique et humain. S’interroger sur la manière dont nous échangeons tous les jours et les coûts que cela peut impliquer dans le tissu social et environnemental est un premier pas vers un nouveau type d’échange.

MLC-Québec mettra peut-être du temps (ou pas ^_-) à mettre concrètement une monnaie locale en place à Québec, mais une chose est sûre; l’espace pour penser à l’échange autrement est lui déjà créer et s’étend petit à petit.