Pour la première fois depuis son existence, le Forum Social Mondial, se tenait dans l’hémisphère nord de la planète, qui plus est, à côté de chez nous, à Montréal. Alors que l’on pourrait se dire que d’aller parler d’alternatives à l’autre bout de la planète et de dépenser plein d’énergies pour quelques jours serait mal à propos, il était difficile de passer à côté de cette occasion, surtout avec le projet que nous sommes en train de construire ici, à Québec.velo bibliotheque decroissant

Les visas non délivrés et le nombre de personnes moins élevés qu’escomptés ont beaucoup été dans l’actualité, l’effervescence suscitée par les rencontres, beaucoup moins. Le Canada n’a pas montré son côté humaniste, les journaux n’ont que peu parlé de ce forum mondial qui se tenait chez eux et finalement la population ne se l’est pas tant approprié.

Pourquoi un forum social mondial et pourquoi cette fois à Montréal ? Il a été mis en place en opposition au forum économique de Davos, c’était une raison de se réunir et de partager les expériences ainsi que les savoirs de chacun à travers le monde. S’il a été fait à Montréal cette année, pour la première fois dans l’hémisphère nord, c’est que les participants du forum ont trouvé qu’il était temps de marquer le fait que bien que nous soyons dans des pays dits riches, la pauvreté et la précarité sont aussi très présentes.

La rencontre d’autres monnaies complémentaires

Travaillant depuis 1 an sur le comité de monnaie locale complémentaire à Québec, il était important de pouvoir faire de ce moment, un lieu d’échanges avec les autres acteurs de ces initiatives dans les autres coins de la planète. Le jeudi 11 août en après-midi avait lieu une activité sur les monnaies locales par le Mouvement Sol. Ce fut l’occasion de rencontrer 4 monnaies bien établies et 2 projets en cours en France, mais aussi d’écouter l’exemple de Solidarius au Brésil, d’avoir des questions de la Tunisie via Skype et aussi de rencontrer le groupe ami de la Monnaie pour Montréal.monnaie locale complémentaire des billets du monde

Il existe déjà une trentaine de monnaies locales en France, souvent à taille municipale, elles sont maintenant en train de se fédérer, pour une quinzaine d’entre elles déjà, en un mouvement afin de pouvoir mettre en commun les expériences et les outils.  C’est ce regroupement, le mouvement Sol qui présentait l’activité, 4 de ses monnaies étaient présentes. Il y avait notamment le Léman, une monnaie transfrontalière entre la Suisse et la France, mais qui fédère autour du lac Léman.

C’est encourageant de voir que nous pouvons avoir les mêmes problématiques et que nous puissions nous mettre ensemble afin d’essayer de trouver des solutions. Les outils technologiques afin de travailler de manière collaborative seront un des défis à dépasser. Il y a divers logiciels déjà existants, mais peu peuvent correspondre à l’inspiration démocratique que nous avons et aucun ne permet encore de regrouper les multiples moyens pour travailler ou gérer une organisation.

La décroissance mise à l’honneur

Pour la première fois, la décroissance était un thème durant le Forum Social Mondial, particularité d’un pays du nord ? La décroissance est le constat que nous ne pouvons continuer à avoir une croissance économique grandissante sachant que chaque année nous consommons plus que ce que la terre peut produire en 1 an. Cette année, nous avons dépassé ce seuil le 8 août, jusqu’où repousserons-nous la limite ? Il n’est pas possible d’avoir une croissance infinie dans un monde de ressource fini.conference decroissance

Le HEC Montréal à la particularité d’avoir un cours sur la décroissance donné par Yves-Marie Abraham, un professeur militant pour la décroissance. Bien qu’ayant suivi par discussion électronique, j’ai cru comprendre que la majorité du comité décroissance du FSM était composé par des élèves de ce professeur. Il nous faudrait ce cours dans toutes les écoles…

Un parc en face de l’UQAM avait été aménagé afin d’être un lieu ou relaxer et prôner une décroissance conviviale. Un vélo bibliothèque, ainsi que des tours à vélo des milieux décroissants de Montréal avaient été programmés. Une activité devait avoir lieu avec transitionbus.org, malheureusement le temps n’a pas été avec nous, mais nous l’avons rencontré et qui sait… peut-être viendra-t-il a Québec dans une soirée décroissance ? Lui et sa conjointe avec leurs enfants, ont aménagé un bus, puis on fait le tour du Canada et des États-Unis à la Quête d’alternatives, ils en ont fait des vidéos et offrent maintenant des ateliers pour faire se questionner les gens.

Le vendredi après-midi avait lieu une grande conférence sur la décroissance conviviale avec 4 intervenants, un moment intéressant pour se questionner de nouveau sur certains sujets. Réconfortant en un sens, lorsque la monnaie locale ou l’accorderie sont mentionnés comme solution pour tendre vers ce modèle de société.

Beaucoup d’actions et de représentations sont bien évidemment décroissantes sans s’en réclamer et il serait long de tout mentionner, il est cependant intéressant de noter que la représentation de la décroissance semble s’organiser, nous avons fait des liens Québec-Montréal et eu vent d’autres groupes, des connexions seront à tisser plus amplement!

Une convergence des initiatives

agora fsm2016Le FSM 2016 aura été un moment où le monde semblait tourner dans le bon sens, dont les idées logiques et humanistes remplissaient l’environnement, dur de quitter un monde modèle pour lequel on lutte. Depuis sa création, il y a eu plein de forums qui se sont créés, que ce soit européen, asiatique ou indigène, c’est une multitude de lieux de discussion et de convergence qui se créés.

Un conseil, participez y!

Laurent Metais