Monnaie Locale Complémentaire à Québec

mouvement citoyen pour l'instauration d'une monnaie locale dans la ville de Québec

Author: admin (page 1 of 3)

Monnaies alternatives; comment s’y retrouver?

Un article que nous trouvons pertinents pour faire une première approche des monnaies locales, différencier les divers systèmes existants. Voici un article publié sur le site du projet Horizon Transition, vous pouvez lire l’article au complet via ce lien.

Avez-vous déjà entendu parler des banques d’heures ? Des systèmes d’échanges locaux ? Du troc ? De l’Accorderie ? De monnaie locale complémentaire ? Ces outils d’échanges, bien qu’ils ne soient pas tous similaires et n’aient pas la même fonction dans leur communauté ; ils font partie de ce que l’on appelle les monnaies alternatives. Lors D’une soirée discussion avec un des fondateurs du Demi gaspésien, Martin Zibeau avait parlé d’avoir « une polyculture économique » dans une communauté afin de l’enrichir. C’est en connaissant leurs différences, mais aussi en sachant comment ils peuvent fonctionner de pairs que l’on comprendre comment cela peut être possible.

C’est là la force de ces systèmes, nouveaux et vieux comme le monde, que de pouvoir exister en complément les uns des autres. L’essor des monnaies locales depuis les dernières années fait beaucoup parler de lui, être utilisable dans les commerces renforce son aura médiatique. Les systèmes d’échanges locaux quant à eux, sont présents dans des communautés depuis des années, des dizaines d’années pour certains. Le mouvement des monnaies locales a pris une nouvelle vie surtout depuis le lancement du mouvement de transition dans les années 2000. Ce mouvement ayant pour but de renforcer la résilience d’une communauté, créer sa monnaie est apparu comme une solution comme étant de soi.

Mais qu’entend-on exactement par monnaie alternative ?

Une monnaie alternative est un moyen d’échange, entre personnes ou entreprises, qui se fait sans passer par l’unité nationale du pays où se déroule l’échange. N’avez-vous jamais fait un échange de ce genre avec un ami : « Est-ce que tu peux m’aider avec ceci et en échange je t’aiderais avec cela. » Sans le savoir, vous avez fait un échange que l’on pourrait dire « alternatif ». Vous avez fait un échange de services. Et c’est exactement ce qu’est un système d’échange local, un SEL (LET en anglais : local exchange trade) ou bien un TROC.

Lire la suite sur le site de Horizon Transition

Témoignage du jeu Géconomicus

Article pris depuis le site Horizon Transition écrit par Laurent Métais.

 

Depuis le lancement du projet de monnaie locale complémentaire Québec, il y a de cela maintenant plus d’un an et demi, j’ai pu voir beaucoup venir à nos différentes rencontres. Il y a autant de raisons que de personnes venues pour que les citoyens s’intéressent à ce projet. Cependant, parmi celles qui peuvent revenir souvent, il y a deux thèmes principaux qui reviennent souvent : la dette et la création monétaire. Lors des présentations publiques ou quand je parle du projet, je mets tout le temps pour ma part le fait que ce projet est une réappropriation citoyenne de l’outil d’échange, que ce projet est également la possibilité à une communauté de réapprendre à fonctionner ensemble. Parler de dette ou de création monétaire dans une rencontre d’information sur la monnaie locale me semblait normal, mais ce n’était pas pour moi le sujet principal. Essayons de parler de ce que l’on peut faire, non pas de refaire un constat de ce qui ne marche pas.

….

S’il fallait faire un retour rapide, je dirais simplement : on se prend au jeu. Géconomicus me semble intéressant dans le sens ou c’est un jeu avant tout lorsqu’on le fait pour la première fois. Le premier tour de jeu, alors que l’on peut emprunter au banquier pour avoir plus d’argent afin d’échanger plus de cartes, est un bel exemple à petite échelle de ce que l’on peut faire dans notre société de consommation. Aussi comment on peut faire le pari de réussir un carré afin d’échanger d’avoir plus de maisons. Cependant, on devient vite stresser à la fin de chaque tour, car il faut au minimum rembourser l’intérêt d’argent emprunté à la banque. J’ai démarré mon premier tour sans argent, j’ai dû emprunter à la banque dès le départ. À la fin de la première manche, j’ai remboursé l’emprunt total, plus l’intérêt.Au fur et à mesure que le jeu allait, plus j’ai emprunté, mais les fois d’après j’étais embourbé, je ne pouvais rembourser que l’intérêt d’argent emprunter.

Lire l’article au complet sur le site de Horizon Transition le voyage au coeur des alternatives.

Monnaie locale; un projet citoyen ET de commerces

Depuis maintenant 3 mois, Monnaie locale complémentaire Québec est officiellement un organisme à but non lucratif où l’on peut devenir membre. Dès le départ du projet, il a toujours été pensé, comme tout projet de monnaie locale, d’impliquer les citoyens et les commerces. La mobilisation citoyenne a été le premier pas à faire afin de voir si le projet serait porteur ou pas. Avec plus de 600 personnes mobilisées au cours des différentes soirées et au vu du succès du documentaire Demain, la question ne se pose plus.

Alors que les travaux plus fastidieux comme l’écriture de la charte et des règlements généraux sont faits, nous entrons dans le travail de terrain.  Les jalons du projet sont lancés, il nous reste qu’à les porter le plus loin possible. Et ce ne sera possible qu’avec la participation des futurs membres prestataires: les commerces et organismes. Un projet de monnaie locale ne peut pas voir le jour s’il n’est pas porté par les deux groupes d’intéressés de la monnaie, les membres utilisateurs et les membres prestataires.

Nous avions dès le départ approché des commerces pour savoir si le projet serait accepté. Nous avions eu des retours positifs, mais nous nous sommes vite rendus compte que d’inclure la nécessité des commerces dès le départ ce serait une lourde tâche d’horaire que nous demanderions. Si des commerçants souhaitaient participer, ils pouvaient toujours le faire dès le départ en tant que citoyens.

C’est maintenant le moment de demander l’adhésion des commerces et organismes.

Suite aux articles dans la presse durant l’automne nous avons reçu une quarantaine de courriels de commerces se disant intéressés. L’assemblée constituante n’ayant pas encore été faite nous ne pouvions avoir d’adhérent. La chose étant faite, le moment d’avoir les idées des commerçants est venu. Le projet de monnaie locale est un projet sociétal avec des volontés d’améliorer le tissu social et l’environnement en misant sur le local.

Quel sera le graphisme des billets? À combien sera le coût d’adhésion? Quelle somme de monnaie mettrons-nous en circulation? Y’aura-t-il un taux de reconversion? Échanger des dollars contre du BLÉ permettra-t-il un pouvoir d’achat supplémentaire?

C’est une multitude de questions que nous avons à nous poser tous ensemble afin de faire avancer le projet et qu’il soit en accord avec tous.

L’adhésion à l’organisme Monnaie locale complémentaire Québec est aussi maintenant nécessaire pour aller chercher de plus en plus de partenaires. Les plus convaincus veulent déjà devenir membre, mais pour les commerçants connaissant moins le principe, il faut pouvoir faire confiance, alors si on y voit son voisin dedans…

L’adhésion à MLC-Québec permet aussi de nous aider à faire grandir le projet, que ce soit financièrement dans le futur, mais tous simplement aussi par le fait de communiquer l’information ou en utilisant un lieu physique pour promouvoir l’idée.

Nos deux premiers membres prestataires nous permettent par exemple de tenir nos réunions.

C’est le commerce Le Cercle qui fut le premier membre commerçant de MLC-Québec. Ce lieu reconnu à Québec met à disposition une de ses salles quelques fois par mois afin que nous puissions faire nos réunions. C’est une chance et une force pour nous d’avoir un partenaire qui s’implique tant dans son milieu.

C’est l’organisme PECH/Sherpa, sur le boulevard Charest qui a été notre premier membre prestataire. C’est dans leur immeuble que nous tenons nos réunions du cercle central 2 fois par mois. MLC-Québec cherchant un moyen à ce que le BLÉ ne soit pas un moyen de gentrifier un quartier, PECH pourrait nous offrir des pistes de solutions bien intéressantes!

Nous ne pourrions parler des prestataires sans faire mention de L’Accorderie de Québec qui nous a servi depuis le début du projet, depuis maintenant 1 an et demi, a tenir nos différentes soirées et réunions quand nous étions encore qu’un projet citoyen. De plus, elle est notre cousine, puis l’Accorderie est une banque de temps, une monnaie locale de liens, tandis que nous sommes une monnaie locale de biens.

D’autres organismes nous ont aussi montré leur soutien, c’est maintenant le temps de pouvoir le faire de manière officielle en devenant membre. Nous allons dans les prochaines semaines commencer à approcher les commerces et organismes, mais si vous êtes déjà convaincus et que vous souhaitez nous soutenir en devenant membre, c’est le temps :)

Écrivez-nous à    » info @ mlcquebec.org »  (enlever les espaces) ou alors laissez un commentaire sous l’article.

Monnaie locale et démocratie, notre leitmotiv: inclusion

Parler monnaie locale, implique une idée plus large que simplement la question économique. Il serait faux de se dire qu’une fois que le BLÉ sera en circulation à Québec, nous pourrons nous dire que l’objectif est atteint. L’argent local à Québec, comme dans la plupart des projets de monnaies locales dans le monde, est un projet se servant de l’argent comme d’un outil pour aller plus loin dans le fonctionnement collectif.

Une initiative comme celle-ci est également une expérience de réappropriation du fonctionnement de groupe, de la prise de décision collective. Il est rare maintenant que les décisions publiques émanent d’un accord citoyen, le tout est décidé dans des bureaux ou par des personnes isolés, la concertation s’est perdue. C’est pour cette raison que Monnaie locale complémentaire Québec, organisme ayant pour but de mettre en place une monnaie locale à Québec, est dans une démarche d’inclusion de toute personne qui voudrait participer à ce projet.

Un mode de fonctionnement basé sur la confiance, le volontariat et le partage.

Nos règlements généraux et notre fonctionnement interne font que chacun peut s’investir là où il le souhaite, selon son champ d’intérêt. La compétence ne doit pas primer, elle est importante pour l’accomplissement d’un objectif, mais il faut aussi valoriser l’expérience d’apprentissage et de prise de décision afin que cela puisse nous servir dans nos autres actions quotidiennes.

On peut cependant se rendre compte que plus de démocratie peut aussi impliquer plus de lenteur dans la prise de décision, tout du moins dans la mise en place de celles-ci. Dans les différentes séances d’information que nous avons faites, nous sommes souvent confrontés face à un désir, tout à fait normal, d’avancer rapidement pour que le monde change demain. Ça serait possible, on peut construire un projet comme la monnaie locale à 4 dans un coin et le proposer tout fait au reste de la population, mais serions-nous légitimes à ce moment-là? Ce serait facile de faire des réunions longues et fastidieuses dans un coin en utilisant dans des mots compliqués, mais y gagnerions-nous quelque chose?

Depuis le début du projet, nous visons à mettre en place une monnaie locale, mais aussi à intégrer le plus de citoyens dans la démarche. Maintenant que nous sommes un organisme, nous invitons également les commerçants à venir participer avec nous.

C’est notre objectif et c’est pourtant ce qui déroute le plus.

Prendre des décisions de manière collective n’est pas toujours dans nos habitudes. La plupart des réunions que nous avons au travail, en famille ou entre amis, ce n’est jamais d’avoir l’avis forcément de tous, il y a ceux qui parlent, qui dirigent, mais ceux qui se taisent ne sont pas souvent invités à s’exprimer.

Au cours des différentes soirées, nous nous sommes aussi rendu compte qu’il va falloir que nous adoptions notre langage pour les différents milieux où nous irons. Nous n’avons pas tous le même bagage culturel que ce soit pour le fonctionner ensemble, mais aussi pour la compréhension de la chose économique.

Le mode de fonctionnement collectif demandant à chacun de s’exprimer, où chacun peut proposer et où tout doit être discuté. Qu’il n’y ai pas un groupe qui a une mainmise sur tout, mais que chaque groupe d’activité soit maitre de ses décisions qui influent son secteur.

Faire confiance à l’intelligence collective

Lors dans la soirée sur le nom de la monnaie, il a été intéressant de voir que sur la quarantaine de personnes présentes et les 4 tables de discussions créées les points majeurs ressortaient sur chaque table, mais qu’aussi chacune avait nommé des spécificités que nous n’avions pas encore pensé. Juste un point intéressant était qu’il avait été nommé que les billets devaient être reconnaissable par les aveugles, ce devait être facile pour eux de faire la différence entre les diverses coupures.

Le projet de monnaie locale complémentaire à Québec est une initiative veut croire en la capacité à un groupe de penser au bien commun, de s’inscrire dans une volonté de progressions sociétale.

Laurent Metais

MLC-Québec à MAtv

Mercredi 5 décembre Monnaie locale complémentaire Québec a fait son premier passage télévision à MATv. Un premier passage où Laurent Metais explique les bases du projet de monnaie locale à Québec. Le passage commence à partir de 22:20 et c’est ensuite une entrevue de 5mn.

 

Entrevue au FM93

Monnaie locale complémentaire Québec état au FM93 ce lundi, une entrevue de 10mn et 20mn d’opinions des auditeurs. Cela nous permet aussi d’en apprendre plus sur le chemin qui nous reste à parcourir.

Écoutez le passage en ligne.

Entrevue de MLC-Québec à CKRL

ckrl monnaie locale
Ce lundi 31 octobre 2016, MLC-Québec s’est fait interviewé par l’émission On refait la une animé par Dominique Lelièvre. Laurent a eu l’occasion de parler pendant un quart d’heure de l’organisme de monnaie locale ainsi que sur ce qu’est une monnaie locale.

Ecouté l’enregistrement de l’émission:

MLC-Québec en entrevue à CBC (anglais)

cbc monnaie locale quebec
Nous étions en entrevue à CBC ce jeudi 27 octobre à 16h50 à l’émission Breakaway. Luc et Pierre-Alexandre nous ont fièrement représentés pour cette première entrevue en anglais. Un bon moyen de partager l’information à nos amis parlant la langue de Shakespeare. Une première approche et une explication de la raison pourquoi nous faisons ce projet. Un 10 minutes à écouter :)

 

Écoutez l’interview directement sur le site via le player:

Un article dans le Soleil

On commence à parler de Monnaie locale complémentaire Québec dans les journaux, voici un article paru dans Le Soleil du jeudi 27 octobre.

 

(Québec) CHRONIQUE / Des citoyens du centre-ville travaillent à créer une «monnaie locale complémentaire» pour Québec, emboîtant ainsi le pas à plus de 2500 villes d’Europe, d’Asie et d’Amérique.

Cette monnaie pourrait commencer à circuler dans les commerces de Québec dans environ un an, croit le responsable du projet, Laurent Métais.

L’objectif est d’encourager l’achat local et écoresponsable, de resserrer les liens sociaux et de promouvoir une économie où les citoyens ont davantage leur mot à dire.

Le système fonctionne sur une base volontaire et en complémentarité avec la monnaie officielle.

Habituellement, les monnaies locales s’achètent au pair auprès des organismes ou des banques chargés de les gérer. L’argent obtenu sert à soutenir des projets ou des organismes locaux.

Lire la suite de l’article

Votez pour le nom de la monnaie locale de Québec

wineAprès la soirée du 6 octobre, 5 noms sont sortis parmi la quarantaine qui avaient été sortis. Afin de choisir le nom pour lequel nous opterons, nous vous soumettons un simple sondage que nous souhaitons le plus populaire possible parmi les citoyens de la ville de Québec.

Le résultat du vote sera le choix définitif du nom que notre monnaie aura, nous avons la chance que l’intelligence collective ait fait ses preuves et ait fourni 5 noms intéressants!

 

 

Un rappel des noms:

  • Le BLÉ (Billet d’échange collectif)
  • La Piastre
  • Le Saint-Laurent
  • L’Unité
  • Le BEC (Billet d’Échange Collectif)

 

Un projet de monnaie locale, c’est un projet pour une communauté, une occasion de se rattacher à des valeurs, mais aussi à une identité.  Le choix d’un nom c’est un acte important que nous posons, car ce sera également l’identité auquel se raccrocheront l’idée du graphisme ou l’imaginaire collectif lorsque nous en parlerons.

VOTEZ

Older posts